Culture

La RATP invite l’artiste JR sur son réseau

La RATP exposera du 6 novembre au 10 février prochains des « regards » inédits de JR, dans 11 stations et gares de métro et RER. Cette œuvre exceptionnelle, conçue pour être évolutive, s’inscrit dans le cadre du programme « RATP Invite », mettant à l’honneur depuis 5 ans sur le réseau RATP le travail de photographes français et internationaux.
"Voyager avec d'autres", JR - Pyramides Ligne 14 - Denis Sutton - RATP
"Voyager avec d'autres", JR - Luxembourg RER B - Denis Sutton - RATP
"Voyager avec d'autres", JR - Bir Hakeim Ligne 6 - Denis Sutton - RATP
"Voyager avec d'autres", JR - Gare de Lyon Ligne 14 - Denis Sutton - RATP
"Voyager avec d'autres", JR - Luxembourg RER B - Denis Sutton - RATP

« Voyager avec d’autres » : le regard de JR sur les transports en commun

Alors que la Maison Européenne de la Photographie consacrera à partir 7 novembre une exposition à JR nommée Momentum, la mécanique de l'épreuve, l’artiste français sera mis à l’honneur en parallèle par la RATP. Ce sont ainsi 26 « regards » d’anonymes qui seront exposés du 6 novembre au 10 février dans 11 gares et stations franciliennes.

En choisissant d’installer ses « regards » dans un lieu de passage comme les transports en commun de la RATP, JR souhaite interpeller les voyageurs sur l’identité de ceux qui les observent et l’interaction que nous pouvons avoir avec eux. Intitulée « Voyager avec d’autres », l’œuvre se comprend ainsi comme une invitation à réfléchir à la nature des rencontres que nous faisons quotidiennement avec l’Autre dans le métro ou le RER, chargé des rêves, des attentes, mais aussi parfois des craintes que nous portons en nous.

C’est afin de faire se poursuivre cette rencontre que l’artiste fera d’ailleurs évoluer plusieurs fois son œuvre au fil des semaines. JR redescendra alors dans les espaces de la RATP pour capter et mettre en abîme l’histoire qui se jouera entre les voyageurs et ceux qui les regardent, ces premiers devenant à leur tour modèles à observer.

«C’est un grand honneur pour la RATP de pouvoir offrir à ses voyageurs des œuvres inédites réalisées par un artiste mondialement reconnu comme JR. Cette exposition qui met en scène toute l’humanité de ces regards anonymes trouve bien-sûr un écho particulier dans un réseau de transport où se croisent chaque jour plusieurs millions de voyageurs dans toute leur diversité. A travers cette œuvre c’est le partage, la fraternité et la beauté que nous célébrons. Cette exposition, au format monumental, illustre la volonté de la RATP de partager avec ses voyageurs une expérience culturelle du quotidien.»

Anaïs Lançon
Directrice de la Communication et de la Marque du groupe RATP

Gares et stations de l’exposition

  • Hôtel de Ville (L1)              
  • Châtelet (L7)
  • Luxembourg (RER B)
  • Saint-Denis Porte de Paris (L13)
  • Gare de Lyon (L14)      
  • La Chapelle (L2)
  • Saint-Michel (L4)
  • Bir-Hakeim (L6)
  • Madeleine (L14)
  • Pyramides (L14)
  • Nanterre-Université (RER A)

« La RATP invite » : une fenêtre sur la photographie offerte aux voyageurs

Après notamment Harry Gruyaert (2015), Sebastião Salgado (2015), Richard Avedon (2016), Yann Arthus-Bertrand (2017) ou encore les artistes du Festival Circulation(s) (2018), c’est au tour de JR d’être mis à l’honneur dans le cadre du programme « La RATP invite ». Lancé en 2013, ce rendez-vous culturel permet à la RATP d’exposer régulièrement le travail de photographes – français ou étrangers, jeunes talents ou artistes de renom de différentes époques – en le déployant massivement dans ses espaces. Grâce à la photographie, art de proximité et forme d’expression artistique accessible au plus grand nombre, la RATP enrichit toujours plus l’expérience de transport de ses voyageurs en leur offrant régulièrement des moments de surprise, de découverte et d’échanges.

3 questions à JR

En quoi est-ce particulier pour vous d’exposer votre œuvre dans un espace comme le métro ?

C’est un retour aux sources. J’ai commencé à prendre des photos avec un appareil photo trouvé dans le métro, puis j’ai suivi des artistes qui travaillaient dans ce monde souterrain. Revenir dans le métro, exposer sur les quais, c’est l’occasion de présenter mon travail à des gens qui n’ont rien demandé, qui ne se sont pas déplacés dans une galerie ou un musée, mais qui se rendent simplement au travail ou vont voir des amis. C’est conforme à ma vision de l’art qui doit aller à la rencontre des gens.

Avez-vous pensé différemment cette œuvre destinée au métro ?

J’essaye de penser différemment toutes les œuvres en fonction du contexte et du lieu. Le métro est un des rares espaces de brassage où toutes les catégories sociales se retrouvent, où les enfants et les personnes âgées se côtoient, où les banlieusards et les Parisiens se croisent. J’ai voulu interpeller les voyageurs avec un regard, et en même temps les rendre acteurs de mon projet en les représentant dans mes images.

Que représente pour vous, qui avez vécu en banlieue parisienne, cette collaboration avec la RATP ?

Quand comme moi on a vécu en banlieue, le train et le métro sont les seuls moyens de transports. Il y a des stations qui évoquent des souvenirs, des trajets que vous avez effectué des centaines de fois, et qui vous font penser que vous êtes ici un peu chez vous. Je ne travaille pas avec les entreprises privées ou les marques. Mais je suis heureux de collaborer avec des entreprises qui ont pour mission de servir le public, et davantage encore quand il s’agit de mon public.