Culture

Trois questions à … Karine LEHONGRE-RICHARD

Le « Trois questions à… » est une série d’interviews que vous propose le service de presse de la RATP. Chaque mois, nous vous entrainons dans les coulisses de l’entreprise, à la découverte d’une thématique et de nos porte-parole. Un format court - mais pas trop - pour rentrer directement dans le vif du sujet. Aujourd’hui, Karine Lehongre-Richard, responsable des tournages, nous parle cinéma…

Vous êtes responsable des tournages à la RATP. Concrètement, à quoi cela correspond ?

 

Mon travail consiste à gérer les demandes des sociétés de productions qui souhaitent réaliser des séquences dans les transports parisiens. Elles sont une soixantaine chaque année.

Je gère à la fois l’aspect logistique et administratif : je lis tout d’abord les scénarii, étudie la faisabilité technique des projets, conseille les productions, réalise les devis, les conventions de tournage. J’organise et supervise les prises de vues sur le réseau RATP en collaboration avec l’ensemble des services qui seront sollicités pour les besoins du tournage (direction des lignes, agents de station, conducteurs, agents des voies, de la traction, etc.).

Les tournages sont organisés en priorité sur les lignes peu fréquentées ou avec une esthétique particulière, la RATP étant avant tout un transporteur, mon travail consiste aussi à veiller à ce que le tournage se déroule dans le respect de l’exploitation, sans perturber le trafic, avec l’assistance des différents services internes. Ce fut le cas pour le film « Deux moi » de Cédric Klapisch essentiellement tourné sur la ligne 2.

Nous accueillons aussi des tournages en soirée ou de nuit, notamment, pour des mises en scènes particulières, des séquences où il est nécessaire de maîtriser les mouvements de trains. La sécurité est toujours la priorité !

Pour ces tournages, les tournages s’organisent en amont comme un chantier de nuit. La nuit en question, j’assure la liaison avec les postes de commandement, en coordination continu avec tous les services nécessaires (PCC de ligne, conducteurs et agents de la traction, comme si nous réalisions des travaux sur la ligne. Le film « les traducteurs » de Régis Roinsard, a pu se tourner 4 nuits consécutives sur la ligne 6.

Pourquoi est-il important pour la RATP d'avoir un lien avec les films et autres projets tournés à Paris ?

Accueillir des tournages sur notre réseau est essentiel, car la vie des habitants de la région d’Île-de-France est intimement liée aux transports en commun. Ils font partie intégrante de leur quotidien et du paysage au même titre que les grands monuments ou les quartiers mythiques.

Pour les cinéastes, ils sont incontournables, et pour nous, à la RATP, c’est un moyen de valoriser notre patrimoine. Par exemple, les réalisateurs apprécient particulièrement le métro aérien pour l’architecture de ses viaducs et sa vue sans pareille sur la ville.

Le film « le fabuleux Destin d’Amélie Poulain » de Jean-Pierre Jeunet est à lui seul un vrai film « Ambassadeur » du métro parisien, de magnifiques plans sur les lignes aériennes, la rencontre entre les deux personnages principaux, c’est une carte postale de Paris, mais aussi du métro parisien.

Nous accueillons aussi des séries américaines « Sense 8 » de Lana et Lilly Wachoski, la série « Killing Eve », etc. nous avons accueilli le tournage de la série « Américan Patriot » avec Michael Dorman , Terry O’Quinn, le tournage s’est déroulé en soirée et nuit sur la ligne 14, en soirée sur la ligne 2, en journée en HLP (Haut le pied) sur la ligne 2 un dimanche, et bien évidemment, dans la station cinéma de Porte des Lilas. Les séries françaises ne sont pas en reste « Bureau des légendes », « Engrenage », « Paris etc. », « 10% », « Vernon Subutex », etc.

La RATP dispose d’une station entièrement dédiée aux tournages : la station « Porte des Lilas ». Pouvez-vous nous en parler ?

C’est une chance d’avoir sur notre réseau une station dédiée entièrement à la création cinématographique. Nous sommes les seuls en France à proposer cela.

La station Cinéma de « Porte des Lilas » peut recevoir une équipe qui compte jusqu’à 150 personnes, elle est équipée de deux quais et nous avons la possibilité d’y faire circuler une rame sur environ 1 kilomètre de tunnel, ce qui permet de répondre aux demandes de la mise en scène.

La station date des années 30, elle peut se transformer aussi bien pour des films d’époque que pour des films contemporains. C’est un véritable studio !

Station Cinéma Porte des Lilas

On peut y acheminer des rames contemporaines des lignes 3 ou 3bis, mais aussi notre rame historique, la rame Sprague Thomson qui date des années 30, classée monument historique. Ce fut le cas pour le film « Julie et Julia » de Nora Ephron avec Meryl Streep, « Hors la loi » de Rachid Bouchareb, « Les femmes de l’Ombre » de Jean-Paul Salomé, « Le café de Flore » de Jean-Marc Vallée, « La douleur » d’Emmanuel Finkiel avec Mélanie Thierry.

Rame Historique Sprague Thomson

Il est possible d’y réaliser des publicités, on se souvient de la publicité Givenchy avec Rooney Mara, publicité réalisée par Todd Haynes., des courses-poursuites sur les quais et sous tunnel ainsi que des cascades, tout en sécurité bien entendu. Pour avoir une idée du rendu, allez voir le film « Three days to kill » avec Kevin Costner, « A bout portant » de Fred Cavayé, « Sauver ou Périr » de Frédéric Tellier avec Pierre Niney.

Pour les tournages dans la station cinéma de Porte des Lilas, des équipes dédiées sont mobilisées pour la journée : des conducteurs, des agents de la traction pour la gestion de l’alimentation de la voie, etc. Ces agents RATP sont présents et m’accompagnent pour assurer et garantir la sécurité des personnes tout au long du tournage.

 

 

Des idées de sujets, de reportages ? Contactez-nous : [email protected] / 01 58 78 37 37.